ŠKOLICA : CALENDRIER DES RENCONTRES DE L’ANNÉE 2017-2018

Posté par:

Voici les dates des séances de cette année scolaire :
25 novembre 2017
16 décembre 2017
20 janvier 2018 (*)
17 février 2018
17 mars 2018 (*)
14 avril 2018
19 mai 2018
9 juin 2018
30 juin 2018
Les séances ont habituellement lieu le samedi de 14h à 17h à l’adresse suivante :
Maison des Associations dans le quartier St-Agne
(M° Empalot)
3, place Guy Hersant
31400 Toulouse
Tél. 05 62 26 81 00
(*) Notez dès à présent que les séances de janvier et de mars seront « délocalisées ». Nous vous informerons ultérieurement… SURPRISE !
0

LES MULTIPLES PAYSAGES DE CROATIE

Posté par:

Pour avoir un bel aperçu de la Croatie, voici une vidéo faite par l’Office de Tourisme de Croatie avec la violoncelliste Ana Rucner à l’occasion de l’entrée de la Croatie dans l’Union Européenne. Ce film donne une bonne idée de la diversité des paysages : les plaines, les montagnes, la mer, les traditions…

PETIT EXERCICE (SURTOUT POUR LES TOULOUSAINS) : regardez le film attentivement et, à un moment, vous apercevrez des poteaux de rugby. C’est surprenant, quand on sait que, dans cette nation très sportive, le seul ballon qui n’est vraiment pas connu, est le ballon ovale !

0

CÉRÉMONIE COMMÉMORATIVE DU MASSACRE DES MARTYRS CROATES ET BOSNIENS

Posté par:

 

(Communiqué de la mairie de Villefranche-de-Rouergue)
Le 17/09/2017
Heure : 18h
Lieu : Parc-mémorial des martyrs Croates et Bosniens (avenue des Croates)
Organisateur : Commune de Villefranche-de-Rouergue
La cérémonie, ouverte à tout public, sera l’occasion de rendre hommage aux nombreux soldats croates et bosniens, qui s’étaient soulevés contre les oppresseurs nazis, avant de tomber sous leurs balles le 17 septembre 1943.
La cérémonie se déroulera en présence de Son Excellence Filip Vučak,  Ambassadeur de Croatie en France, ainsi que des représentants des autorités croates, bosniennes et françaises.
Il sera procédé à un dépôt de gerbes, suivi d’une minute de silence et des hymnes nationaux de Bosnie-Herzégovine, Croatie et France, et l’hymne européen.
Pour en savoir plus sur cette commémoration, cliquez ici.
0

UNE TRADITION MUSICALE CROATE : LA KLAPA

Posté par:

Inscrite en 2012 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, la klapa est un chant traditionnel vocal à plusieurs voix et a cappella des régions méridionales de la Croatie.
Le mot Klapa vient du mot italien « capulatata » qui signifie groupe d’amis.
En général, une klapa regroupe un premier ténor, un second ténor, un baryton et une basse. Toutes les voix peuvent être doublées sauf le premier ténor. La klapa comprend donc 4 à 10 hommes de plusieurs générations.
Bien qu’habituellement a capella, il est possible que la klapa soit accompagnée par une guitare ou une mandoline.
Traditionnellement masculin, on trouve maintenant des groupes de klapa féminins.
Avec des racines dans le chant d’église de la côte croate, les chants de klapa célèbrent l’amour, le vin, la patrie, la mer…
Les chanteurs se tiennent souvent par l’épaule en demi-cercle. Ils sont souvent vêtus d’un pantalon noir, une chemise blanche et une large ceinture rouge.
Depuis une cinquantaine d’années, un festival de klapa a lieu dans la ville de Omiš en juin-juillet.
Quelques extraits de concerts :
Une explication (de 9 mn 54) en anglais sur la composition d’une klapa avec quelques extraits typiques.
Un extrait de concert (de 3 mn 04) de la klapa korda à Omis au festival 2016.
Un extrait de concert de 8 mn 12) d’une klapa de femmes « Klapa Cesarice » avec Edin Karamazov (luthiste).
0

GLAS HRVATSKA (HRVATSKA RADIOTELEVIZIJA) parle de notre association

Posté par:

OVDJE HRVATSKA, A TKO JE TAMO ?
07.07.2017
(Pour voir l’original de cet article, cliquez ici.)
Trubaduri povezuju Hrvate i Oksitance
Na jugu Francuske, u Tuluzu 22 godine djeluje mala udruga Hrvata ”Croatie – Occitanie” koja promiče naš jezik i kulturu na “Forumu jezika svijeta”. Zahvaljujući udruzi hrvatskih entuzijasta devedesetih su godina prepoznali  važnost očuvanja hrvatskoga jezika i narječja i otkrili da oksitanski i hrvatski jezik imaju neke tajne, povijesne veze.
To se dogodilo za vrijeme Domovinskoga rata kada su Oksitanci poduprli našu zemlju u borbi za samostalnost i neovisnost  i pokazali senzibilitet za mali narod, rekao je predsjednik Udruge Zdravko Cerovečki, umirovljeni inženjer elektrotehnike. -Naš jezik, pravi je kuriozitet u Francuskoj, jer smo mala zemlja bogate baštine.
Posebno ih je oduševio prijevod trubadurske poezije na hrvatski jezik.
Trubaduri su bili prvi stvaratelji i promicatelji svjetovne lirike i jednoglasnoga pjeva u srednjem vijeku, a pisali su na provansalskom, okcitanskom jeziku (langue d’oc). Trubadurska se poezija proširila na Španjolsku, Portugal i sjevernu Italiju, a prema nekim mišljenjima specifična verzija trubadurstva u hrvatskim primorskim krajevima bili su tzv. začinjavci, ali njihovi izvorni tekstovi i glazba nisu sačuvani.
Le Forum des langues du monde jezični je forum na kojemu se predstavlja hrvatski jezik i kultura.
Održava se u Tuluzu od 1993. godine, a stotinama zemalja 1995. godine priključila se i Hrvatska na inicijativu Udruge ”Croatie – Occitanie”. Glavnom gradu Oksitanije, Tuluzu, cilj je njegovanje ugroženog oksitanskog jezika, koji koristi samo nekoliko pastira u Kataloniji.
Cerovečki je živio u nekoliko zemalja svijeta, a već četrdeset godina njegovo mjesto pod suncem je Francuska. U lijepoj Oksitaniji ne nedostaje mu mnogo, ali često mašta o kiselom zemlju i kvalitetnoj svinjetini. Hrvatska zajednica nije mnogobrojna iako trenutačno u Tuluz, industrijski grad, dolazi sve više mladih obrazovanih ljudi iz Hrvatske, jer im grad daje mogućnost zaposlenja i priznaje njihove kvalifikacije stručnost i sposobnost.
0

ZAGORKA, UNE DES PREMIÈRES FEMMES JOURNALISTES PROFESSIONNELLES EN EUROPE

Posté par:

Qui est donc cette femme, dont on rencontre la statue face au n° 25 de la rue Ivana Tkalčića à Zagreb ?
Zagorka est son nom de plume.
Elle est née Marija Jurić en 1873 à Negovec, dans ce qui était le Royaume de Croatie-Slavonie. Elle est décédée à Zagreb en 1957, à l’âge de 84 ans. Elle fut écrivaine, journaliste et militante pour les droits des femmes.
Son père était un petit propriétaire terrien, intendant d’un baron de la région de Krapina (au nord de Zagreb). Quand elle a 18 ans, elle publie un article dans une revue le « Zagorje Proljeće » (le printemps de Zagorje) sous un pseudonyme masculin, Jurica Zagorki. Elle fait également du théâtre et envisage de devenir actrice. Ce projet ne plait pas à ses parents qui l’obligent à épouser un employé des chemins de fer hongrois, András Mátrai, de 18 ans son aîné. Elle n’apprécie pas le chauvinisme de son époux, mais elle tient à apprendre quand même la langue hongroise, ainsi que la télégraphie.
Au bout de trois ans, elle s’enfuit du foyer et le divorce met fin à ce mariage arrangé. Elle écrit alors des articles qui sont publiés dans l’hebdomadaire « Hrvatski Branik » et le quotidien « Posavska Hrvatska » sans signature.
En 1896, elle est correctrice au journal « Obzor ». Elle écrit un article qui dénonce l’offensive linguistique contre la langue croate menée par le Royaume de Hongrie dont fait alors partie la Croatie. Grâce à cet article et à l’appui de Josip Juraj Strossmayer, évêque et parlementaire, elle obtient le statut de journaliste, même si le rédacteur en chef n’est pas d’accord. Il ne veut pas qu’on sache que ces articles, qui ont un grand succès auprès des lecteurs, sont écrits par une femme. Elle est contrainte de signer ses articles avec un nom de plume (Zagorka) et de travailler dans une pièce à part, loin des regards des visiteurs et de ses collègues.
Plus tard, les événements politiques écarteront le rédacteur en chef et son adjoint. Elle éditera toute seule le journal pendant 5 mois.
En 1903, elle organise la première manifestation féministe à Zagreb, mobilisant 1800 femmes, pour défendre des femmes typographes qui avaient été arrêtées. Elle sera à son tour condamnée à 12 jours de prison. Elle militera toujours pour le droit de vote des femmes et pour l’égalité homme-femme dans l’enseignement et au travail.
En 1910, Strossmayer lui suggère d’écrire des romans-feuilletons, des nouvelles qui auront pour conséquence l’augmentation importante du tirage du journal.
En 1917, elle participera au Congrès des Femmes Slaves qui a lieu à Prague.
Après la 1ère Guerre Mondiale, elle subira une autre discrimination, celle du mouvement féministe dirigé alors par des universitaires. Contre cette autodidacte, « le savoir devient un pouvoir de ségrégation ».
Elle créera malgré tout deux magazines féminins, le « Ženski List » (1925-1938) et le « Hrvatica » (1938-1940).
Elle se consacrera de plus en plus à l’écriture de romans dans lesquels on retrouvera ses préoccupations politiques, sociales et féministes. Ses romans, mais aussi ses pièces de théâtre, rencontrent un grand succès populaire.
« Abandonner mon stylo signifierait abandonner ma vie. »
Aujourd’hui, son œuvre littéraire et ses engagements sont mis en valeur dans l’  « Appartement Mémorial de Marija Jurić Zagorka » dirigé par le « Center for Women’s Studies » à Zagreb.
Sources :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Marija_Juri%C4%87_Zagorka
http://dicocroate2.over-blog.com/article-marija-juri-39059967.html
http://dangerouswomenproject.org/2016/11/02/marija-juric-zagorka/
SON ŒUVRE LITTÉRAIRE
Son roman le plus célèbre est « Grička vještica » (La sorcière de Grić). Elle y raconte la vie de la comédienne Nora qui avait le pouvoir de sauver les femmes accusées d’être des sorcières.
Son roman « Mala revolucionarka » (La jeune révolutionnaire) présente le personnage principal, Zlatica, comme une femme engagée et autonome pendant les événements de 1903.
Dans « Magiari o Strossmayeru » (Les hongrois sur Strossmayer), une ménagère donne à son invité une leçon sur l’importance du rôle de la femme dans la société.
Dans « Kći Lotršćaka » (La fille de Lotršćak), le personnage principal, Manduša, a été élevée dans l’objectif de faire un beau mariage. Malheureusement, la rumeur suggérera que Manduša n’est pas d’une pure lignée ce qui la condamnera à l’opprobre. Elle décide alors de sauver un condamné à mort en lui proposant le mariage. Il s’avèrera plus tard qu’elle était finalement d’une lignée pure et que le jeune homme est l’héritier d’une grande famille de la région. Le roman est une réflexion sur le sens du mariage.
Jusqu’à présent, aucun de ses livres n’ont été traduits en anglais ou en français. Quelques-uns l’ont été en allemand.
Dans un vote organisé en 2005 par le quotidien croate « Vjesnik », Zagorka est arrivée en 2ème position dans la liste des écrivains les plus populaires de tous les temps.
Présentation de Zagorka (en croate) :
UNE POPULARITÉ TOUJOURS D’ACTUALITÉ
Depuis une dizaine d’années, l’association d’acteurs HISTRION propose des représentations d’auteurs croates (surtout de Zagorka) ainsi que d’auteurs étrangers traduits librement en dialecte croate de Zagreb (le « kajkavski »).
Ils se produisent dans toutes les villes de Croatie tout au long de l’année et, l’été, à Zagreb à « Opatovina », scène en plein air, dans un parc du centre-ville historique.
Cette année, c’est « Kći Lotršćaka » (La fille de Lotršćak) qui est au programme du 8 juillet au 2 septembre 2017.
La famille Cerovečki a assisté à la Première, ce samedi 8 juillet 2017. Après une introduction par le maire de Zagreb, Milan Bandić, les nombreux spectateurs ont pu apprécier, sous un ciel étoilé, une troupe d’acteurs de grande qualité, à la fois acteurs, chanteurs et danseurs, une mise en scène vivante, un texte riche agrémenté par des allusions à l’histoire de la ville.
Pour connaitre le nom des acteurs de ces représentations, cliquez ici.
Quelques photos de la représentation du 8 juillet 2017 :
0

DES PIERRES BLANCHES DE CROATIE DANS LE MONDE

Posté par:

 

Des carrières crayeuses sont exploitées dans différentes régions croates. Découvrons dans quelles régions du monde on peut voir de la pierre blanche qui vient de Croatie.
Depuis l’Antiquité, la pierre blanche au grain très fin qui est extraite des carrières crayeuses de Pucisca sur l’île de Brač est utilisée en Croatie et dans le monde entier pour construire des bâtiments : le palais de Dioclétien à Split, le parlement de Vienne, celui de Budapest, la Maison Blanche à Washington, le monument commémoratif canadien de Vimy.
D’autres pierres blanches se trouvent en Croatie, comme celle de Vrnik (petite île au large de Korčula). Cette pierre-là est d’une couleur un peu plus blonde. On peut la voir sur les murs de la cathédrale Sainte Sophie d’Istanbul.
En Istrie, une pierre connue pour sa résistance au salpêtre est très intéressante pour les milieux humides. On la trouve sur de nombreux ouvrages de Venise comme le Pont des Soupirs.
En France, la pierre croate a été utilisée lors de la rénovation du pavage de la Place Stanislas à Nancy.

0

FOROM DES LANGUES 2017

Posté par:

 

Eh ! voilà, c’était notre vingtième participation au Forum des Langues.
Déjà 20 ans sur la place du Capitole. Une seule année, le Forom a été déplacé place Arnaud Bernard (pour cause de victoire du Stade Toulousain qui venait présenter le Bouclier de Brennus à l’Hôtel de Ville). Au cours de ces 20 ans, on a eu souvent du grand soleil, mais parfois de la pluie et des rafales de vent. Cette année, c’était grand beau temps chaud.
Comme d’habitude, les 3 « piliers » du stand sont arrivés de bonne heure pour tout installer. On les reconnait sur la photo, de gauche à droite : Ivan, Zdravko, Mario.
Comme tous les ans, beaucoup de visiteurs sur le stand :
– des toulousains curieux de la langue croate : questions sur la traduction de quelques mots, sur la différence entre les diverses langues salves
– des toulousains qui reviennent ou d’autres qui vont partir visiter la Croatie : commentaires, questions sur les meilleurs itinéraires, demandes de documentations et cartes
– sans oublier des croates habitant Toulouse et sa région qui viennent faire une petite visite amicale
En tout cas, une belle occasion d’échanges, de discussions, de prises de contact.
Merci aux piliers !
Et à l’année prochaine.
0

L’ART NAÏF CROATE

Posté par:

L’art naïf est un style figuratif qui ne respecte pas les règles de perspective des dimensions, de l’atténuation des couleurs et de la précision du trait qui diminue avec la distance. On dit qu’il s’agit d’un art « naïf » car il évoque les dessins ou peintures d’enfant. En général, l’inspiration est populaire : paysages de campagne, costumes traditionnels, animaux.
Les peintres naïfs sont souvent des autodidactes. En France, on connait Henri Rousseau (1844-1910), en Haïti, Ossey Dubic.
En Europe Centrale et de l’Est, lors de l’ère du socialisme, ce mouvement s’est beaucoup développé : en Pologne, en Tchéquie, en Russie et dans certaines régions de l’ex-Yougoslavie, mais surtout en Croatie.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’école d’art naïf la plus importante est celle de Hlebine créée au nord-est de la Croatie, dans la région de Podravina, près de la frontière hongroise, à l’initiative d’Ivan Generalić (1914-1992), Franjo Mraz (1910-1981) et Mirko Virius (1889-1943), peintres et paysans.
Pour un résumé de l’art naïf selon l’école de Hlebine, voyez cette vidéo :
Pour un aperçu de l’œuvre d’Ivan Generalić, regardez cette courte vidéo :

 

La spécificité de l’école de Hlebine est la peinture à l’huile sous verre. Les peintres montrent d’abord la condition sociale des paysans, puis après la guerre, ils célèbrent souvent la vie idyllique de la campagne.
Pourquoi ne pas profiter d’un voyage en Croatie pour découvrir cet art si particulier ?
À Zagreb, il faut absolument visiter le MUSÉE D’ART NAÏF qui se trouve dans la vieille ville, tout près de l’église Sv. Marko.
Site Internet : http://www.hmnu.hr/en
Musée ouvert du lundi au samedi de 10h à 18h et le dimanche de 10h à 13h.

 

À Hlebine, une visite s’impose à la GALERIE D’ART NAÏF.
Une très belle collection de dessins, peintures, sculptures sur bois et même broderies. Parmi les peintres dont les œuvres sont exposées : Ivan Lacković-Croata, Martin Mehsek et Ivan Generalić.
À la sortie, on peut aussi acheter de belles cartes, des ouvrages sur l’art naïf.
Galerie fermée le lundi. Ouverte de mardi à vendredi de 10h à 16h et samedi et dimanche de 10h à 14h.
Après la visite de la galerie, on peut aussi aller à la rencontre de peintres dont les ateliers sont ouverts au public.
Hlebine est à 1h40 de Zagreb en voiture.
Pour voir un reportage sur la galerie de Hlebine, regardez cette courte vidéo (en croate) :
Et pour le plaisir, regardez cette présentation de l’oeuvre d’Ivan RABUZIN :
0

MARS 2017 : RETOUR POSITIF DE CROATIE POUR LES LYCÉENS DE COLOMIERS

Posté par:

Dix lycéens du Lycée des Métiers Eugène Montel de Colomiers ont passé 3 semaines en Croatie, à Slavonski Brod, avec leurs accompagnateurs dans le cadre d’un échange ERASMUS+.
Zdravko Cerovečki, à l’initiative de cette action, les a accompagnés plusieurs jours, facilitant ainsi les contacts entre français et croates.
Au programme : visites de Zagreb, de Vukovar, du parc naturel de Kopački Rit (réserve ornithologique dans cette zone marécageuse entre les fleuves Drava et Danube), participation aux cours avec les lycéens croates, stages en entreprises.
Expérience enrichissante et constructive, pratique de l’anglais quotidienne, découvertes professionnelles et humaines, ils sont revenus avec un diplôme attestant leur engagement.
Un article de la Dépêche du Midi du 06/04/2017 fait le compte-rendu de cet échange. Cliquer ici.

 

0

MARCO POLO ÉTAIT CROATE !

Posté par:

Marco Polo, né en 1254, était un marchand, écrivain, voyageur et explorateur.
Son lieu de naissance est controversé. Les italiens penchent pour Venise, les croates pour Korčula. Mais il est vrai que le lieu de naissance ne fait pas la nationalité : Giuseppe Garibaldi, père du Risorgimento, est bien né à Nice et personne n’affirme qu’il soit français !
En tout cas, d’après la théorie croate, le père de Marco Polo, Nicolo, et son frère Matteo se seraient appelés Pilić. Ils étaient originaires de Šibenik en Dalmatie qui faisait partie de la République de Venise. Riches marchands, ils « italianisèrent » leur patronyme en Polo, quand ils décidèrent de s’établir à Venise.
Marco Polo a 15 ans lorsque son père et son oncle reviennent d’un grand voyage en Asie Centrale en 1269. En 1271, il part avec eux vers la Chine où ils auront un rôle de commerçants, mais aussi d’ambassadeurs. Ils font partie des premiers européens à avoir voyagé vers la Chine par la route dite « de la soie ».
Marco Polo devient une sorte d’enquêteur-messager du palais impérial suzerain de la Chine, de l’Iran et de la Russie. Il effectuera de nombreuses missions pour le prince. Il revient en Europe avec des histoires extraordinaires, mais aussi des marchandises exotiques comme de la soie.
Rentré à Venise en 1295, il fait armer une galère pour participer au combat que Venise livre contre Gènes. Il sera fait prisonnier sur l’île de Korčula.
Après sa libération, il se mariera et il aura trois filles.
Il finira sa vie à Venise, comme commerçant très prospère. Il mourra en 1324 et sera enterré à l’église San Lorenzo. Mais sa tombe disparait à la suite de différentes restaurations de l’église.
Son livre intitulé « Livre des merveilles » a fait connaitre l’Asie aux Européens et il a eu un très grand succès. Il n’a pas été le premier Européen à atteindre la Chine, mais il a eu beaucoup d’influence sur Christophe Colomb et d’autres voyageurs. La carte du monde établie par Fra Mauro (le plus célèbre cosmographe de son temps) est basée en partie sur ses récits.
À Korčula, on peut visiter sa maison natale, tout près de la cathédrale.
0

UN CROATE DEUX FOIS SUR LE TOIT DU MONDE

Posté par:

 

Stipe Božić, né à Vrgorac en 1951, est alpiniste, réalisateur de films, photographe et écrivain.
C’est le 2ème européen, après Reinhold Messner (italien) à avoir atteint par deux fois le mont Everest.
C’est aussi l’un des rares à avoir fait les « Sept sommets ».
Il atteint le Mont Everest par la voie ouest en 1979. Il faut savoir qu’en 2000, 21 équipes avaient tenté l’ascension par cette voie, seules 3 ont réussi.
Après d’autres tentatives, il atteindra de nouveau le Mont Everest en 1989 par une autre voie.
Stipe Božić a complété les « Sept Sommets » :
  1. Le Mont Blanc – 4809 m (en 1974)
  2. le Mont Everest dans l’Himalaya – 8848 m (en 1979 et 1989)
  3. l’Aconcagua en Argentine – 6962 m (en 1996)
  4. le Mont McKinley (Denali) en Alaska- 6190 m (en 1996)
  5. le Mont Kosciuszko en Australie – 2228 m (en 1996)
  6. le Kilimanjaro en Tanzanie – 5892 m (en 1996)
  7. le Mont Vinson dans l’Antarctique – 4892 m (en 1997)
  8. l’Elbrouz dans le Caucase – 5642 m (en 2000)

Il a écrit son autobiographie « Sedam vrhova » (Sept sommets) en 2003.
Il a réalisé de nombreux films lors de ses différentes expéditions. Au total il a réalisé environ 60 films documentaires.
Il est l’auteur de nombreux articles publiés par les journaux « Slobodna Dalmacija », « Večernji List » et « National Geographic ».
En parallèle avec sa carrière d’alpiniste, Stipe Božić a aussi participé à des explorations spéléologiques. En 1994, il est descendu dans le « Lukima Jama » de la montagne Velebit (1392 m de profondeur).
Pendant la guerre d’indépendance de la Croatie il a apporté son soutien technique à l’armée croate dans les régions montagneuses. En février 1992, il a d’ailleurs été blessé par un éclat d’obus.
Pendant plus de 30 ans, il a fait partie du Service Croate de Sauvetage en Montagne.
Stipe Božić est marié à Vera, ingénieur en génie civil qu’il a rencontrée à Bormio en Italie en 1980 où il donnait des cours de ski. Ils ont eu deux filles, Maja (née en 1988) et Iva (née en 1990). Sa femme a fait l’ascension du Kilimanjaro avec lui en 1996.
Stipe avait un fils d’un premier mariage, Joško (né en 1975). Alpiniste comme son père et secouriste dans le Service Croate de Sauvetage en Montagne, Joško est décédé avec son épouse Ana dans un accident de moto en 2007.
Pour en savoir plus sur Stipe Božić : https://stipebozic.com
(site en croate et en anglais)
0

LE PARACHUTE

Posté par:

On sait que Leonard de Vinci a décrit et dessiné un parachute vers 1495.
Mais c’est un croate, Faust Vrančić (1551-1667), originaire de la région de Šibenik, qui a fait l’étude de la résistance de l’air sur la voilure « Machinae Novae » dans laquelle se trouve la première représentation d’un parachutiste « Homo Volans » (1615). La première descente réelle par André-Jacques Lenormand n’a eu lieu que le 27 octobre 1797.
Le nom de Faust Vrančić est connu en Italie comme Fausto Veranzio, la région d’origine du scientifique faisant partie, à son époque, de la république de Venise.
Un musée lui est consacré sur l’île de Prvić, à visiter absolument si l’on veut en savoir plus sur cet homme qui fut un polymathe : inventeur, philosophe, lexicographe, mais aussi évêque !

0

VILLAGE DES CIGOGNES

Posté par:

 
En 1994, la Fondation Européenne pour la Conservation de la Nature EURONATUR, a déclaré Čigoć premier village européen des cigognes. Ce village se situe dans le Parc Naturel de Lonjsko Polje, à 100 km au sud-est de Zagreb.
Des prairies et des marécages s’étendent le long de la rivière Sava, constituant une vaste zone humide protégée. On y voit des fermes à l’architecture traditionnelle en bois, des anciens tracteurs, des charrettes et bien sûr des animaux domestiques (vaches, porcs, oies, chevaux). Des sentiers pédestres permettent d’observer la faune sauvage, le Parc comportant une réserve ornithologique (Krapje Ðol) qui est une des zones les plus importantes en Europe de nidification de la spatule blanche.
Le village de Čigoć compte environ 120 habitants et 200 cigognes qui vivent en parfaite harmonie.
On peut y observer facilement les cigognes blanches et leurs cigogneaux, leur façon de vivre, de communiquer (la cigogne, avec son long bec, claquette ou craquette ou glottore).
Lors du dernier samedi de chaque mois de juin se déroule le « jour des cigognes » à Čigoć.
Site Internet du Parc Lonjsko Polje : http://www.pp-lonjsko-polje.hr/new/english/index.html
0

QUELQUES ARTISTES CONTEMPORAINS D’ORIGINE CROATE

Posté par:

CINÉMA
Josiane Balasko (Balasković)
Comédienne, réalisatrice, mais aussi scénariste, romancière… elle a été l’un des membres de la bande du SPLENDID.
Les films qu’elle a réalisés ou dans lesquels elle a joué sont très nombreux : la série des « Bronzés », « Clara et les chics types », « le Père Noël est une ordure », « Trop belle pour toi », « Gazon maudit », « Un crime au paradis »… et bien d’autres !
Elle est aussi connue pour ses engagements : membre des Enfoirés, elle soutient aussi les personnes expulsées, sans-papiers, mal logés.
John Malkovich
Acteur, scénariste, réalisateur et producteur, il a participé à plus de 70 films, parmi lesquels : « L’empire du soleil », « Les liaisons dangereuses », « Ombres et brouillard », « Dans la ligne de mire », « Par-delà les nuages », « Dans la peau de John Malkovitch ».
Il a vécu une dizaine en France, il parle très bien le français et est un fervent francophile.

 

 Eric Bana (Banadinović)
Acteur australien (de mère allemande et de père croate), il est d’abord un des acteurs comiques les plus populaires d’Australie, puis il fait une carrière dans des registres totalement différents.
Dans sa filmographie, on note par exemple : « Hulk », « Munich », « deux sœurs pour un roi », « Hanna », « Du sang et des larmes », « Le Roi Arthur ».

 

Branko Lustig, co-producteur de films comme « La liste de Schindler »

MUSIQUE
Ivo Pogorelić, pianiste
Il a commencé le piano à 7 ans. À 12 ans, il est parti étudier au Conservatoire Tchaïkovski de Moscou. Sa renommée date d’une « mention honorable » qu’il a obtenue au Concours International Frédéric Chopin à Varsovie. Son élimination au 2ème tour avait provoqué la démission de Martha Argerich qui le considérait comme un génie. C’est alors que sa carrière s’est envolée.
Il a donné des récitals comme soliste et joué avec les orchestres les plus prestigieux, dans le monde entier. Il a enregistré des œuvres de Bach, Beethoven, Brahms, Chopin, Liszt, Ravel, Scarlatti et bien d’autres. Il a cessé d’enregistrer après la mort de son épouse (qui avait été son professeur à Moscou).

Goran Filipec
, pianiste
Né en 1981 à Rijeka, il a gagné des prix dans des concours internationaux, comme ceux de Los Angeles, Monterrey et Parme.
Il a donné des récitals dans le monde entier : au Carnegie hall de New-York, à l’Auditorium de Milan, à la Philharmonie de Paris, mais aussi en Amérique du Sud, au Japon.
Dans sa discographie : Rachmaninov et Mussorgsky (2006), Liszt’s anniversary resonances (2012), les pièces pour piano et les sonates pour violon et piano de Ivo Maček (2014), Liszt : grandes études de Paganini (2016)
Il a participé plusieurs fois à l’émission « La boîte à musique ». Ci-dessous une de ces émissions dont le thème était « la musique militaire ».


Helen Merrill (vrai nom : Jelena Milcetić), chanteuse de jazz
Elle est née en 1930 à New-York, ses parents sont croates, originaires de l’île de Krk. Sa carrière couvre plus de 50 ans. Elle s’est produite en concerts et dans de nombreux festivals de jazz dans le monde entier et elle a enregistré avec les plus grands noms du jazz : Charlie Byrd, Bill Evans, Stan Getz, Gary Peacock, et d’autres encore.
Pour en savoir plus, lisez cette série d’article de France Musique :
https://www.francemusique.fr/jazz/interview-exclusif-helen-merril-en-integralite-et-en-version-originale-31253
0

L’ORIGINE DE LA CRAVATE

Posté par:

Cet accessoire de mode incontournable dans la mode masculine et parfois féminine tire son origine de la Guerre de Trente Ans qui a déchiré l’Europe de 1618 à 1648. Des mercenaires croates sont recrutés par le Roi de France, Louis XIII. Alors que les plus combattifs d’entre eux sont présentés au roi, celui-ci est intrigué par une bande d’étoffe qu’ils portent autour du cou. Le nom « cravate » est la forme francisée du mot « Hrvat » (croate) ; le « h » étant imprononçable en français, il devint « krvat », puis « cravate ». Vers 1650, la cravate s’installera au cou et à la cour de Louis XIV et se répandra dans toute l’Europe.
Pour manifester son attachement à ce symbole mondialement connue, la plus grande cravate du monde a été nouée autour de l’arène romaine de Pula en 2003 (808 mètres de long et 25 mètres de large). En 2008, les Croates ont décidé d’instauré la Journée de la Cravate, chaque 18 octobre.
0

LANGUE ET CULTURE CROATES À L’ÉCOLE PRIMAIRE

Posté par:

 

Conformément à une directive européenne du 25/07/1977, l’Enseignement de la Langue et la Culture d’Origine (ELCO) a été mis en œuvre par le Ministère de l’Éducation nationale. Cela concerne neuf pays : l’Algérie, la Croatie, l’Espagne, l’Italie, le Maroc, le Portugal, la Serbie, la Tunisie et la Turquie.
En conséquence, tout enfant scolarisé en France à partir de la classe CE1 peut prétendre à un cours de langue (arabe, croate, espagnol, italien, portugais, serbe et turc) de 1h30 à 3h par semaine, en plus des 24 heures d’enseignement hebdomadaire.
Si des familles franco-croates sont concernées, elles peuvent faire la demande pour la rentrée prochaine (2017-2018) en complétant le formulaire : Langue et culture croate en enseignement primaire  et en le remettant au directeur de l’école de leur enfant sans tarder.
Merci à ces familles de nous tenir au courant…
0

AMÉLIORER SA LANGUE CROATE POUR LES JEUNES ET POUR LES MOINS JEUNES

Posté par:

Pour les jeunes de 9 à 16 ans, un camp d’été à Novi Vinodolski du 17 au 28 juillet 2017
Pour toutes les informations sur ce camp d’été :
Contenu du camp d’été 2017 .
Pour les adultes (à partir de 17 ans) : Université d’été à Zagreb du 24 juin au 21 juillet 2017
Pour toutes les informations sur cette Université d’été :
Contenu de l’Université d’été 2017.
0

Dimanche 28 mai 2017 : FOROM DES LANGUES Place du Capitole à Toulouse

Posté par:

Ce FOROM (*) a été créé à Toulouse grâce à l’association « Carrefour Culturel Arnaud-Bernard ». Il a lieu tous les ans Place du Capitole. C’est l’occasion de réunir des experts, des personnalités, des bénévoles et de nombreux visiteurs qui s’intéressent aux 180 langues habituellement représentées.
Comme chaque année, notre association y aura un stand. Dès à présent, notez cette date dans votre agenda et venez nous rencontrer !
(*) FOROM avec un « O », ce n’est pas une erreur, c’est la version occitane de FORUM.
0

DU 27 FÉVRIER AU 17 MARS 2017 : ÉCHANGE ERASMUS+ ENTRE DES LYCÉES DE COLOMIERS ET DE SLAVONSKI BROD

Posté par:

Le LYCÉE DES MÉTIERS EUGÈNE MONTEL à Colomiers a été sollicité par Zdravko Cerovečki, personne qualifiée de son Conseil d’Administration, pour monter un projet Erasmus+ avec la Croatie. Il avait déjà participé à un projet avec un lycée agricole de la région et à un partenariat avec l’Université et l’Institut National Polytechnique de Toulouse.
Des établissements croates ont été identifiés pour un partenariat possible en terme de formation et de réciprocité : formations professionnelles identiques ou semblables pour que les élèves puissent intégrer des entreprises dans leur domaine de formation.
Deux domaines ont été retenus : la chaudronnerie industrielle et l’électrotechnique.
Le lycée partenaire, INDUSTRIJSKO OBRTNIČKA ŠKOLA à Slavonski Brod, est déjà très expérimenté dans des projets européens en Allemagne et au Portugal. Sa Direction et sa communauté éducative étaient très désireuses d’ouvrir un projet avec la France, autre pays historique de la construction européenne, pour élargir leurs compétences et leur culture.
C’est ainsi qu’un groupe de 10 lycéens et leur professeur, M. Antun Ðurić, de Slavonski Brod sont venus à Colomiers en novembre 2015. Nous vous avons raconté cet échange sur le site (ici).
Maintenant, c’est au tour des columérins d’aller en Croatie. Dix lycéens (8 en chaudronnerie et 2 en électrotechnique) accompagnés de leur proviseure, Madame Girard et de trois professeurs, M. Fortuné, M. Chenebon et M. Mahiette, partiront le 27 février pour Slavonski Brod. Le retour est prévu le 17 mars.
0
Page 3 du 7 12345...»