30 JANVIER 2006 : L’ASSOCIATION CHANGE DE NOM

Posté par:

Le 30 janvier 2006, l’association devient : « ASSOCIATION FRANCO-CROATE DE MIDI-PYRÉNÉES ». Cette décision est prise pour faciliter nos relations avec l’extérieur. Elle montre que nous ne sommes plus dans la solidarité aux victimes de la guerre. Nous avons une volonté forte de multiplier les contacts dans le domaine culturel et dans le domaine économique, d’accompagner la marche de la Croatie vers l’intégration à l’Union Européenne.
0

17 AU 20 AVRIL 2013 : VISITE DES REPRÉSENTANTS DE LA CHAMBRE DES MÉTIERS DE ZAGREB

Posté par:

Du 17 au 20 avril 2013, l’association, avec le CRICCF, a organisé la venue des représentants de la Chambre des Métiers de Zagreb. La délégation croate a rencontré les dirigeants de l’UIMM (MEDEF), le président de la Chambre Régionale des Métiers et les représentants nationaux des Compagnons de Devoir. Ils ont aussi visité Toulouse, dont l’usine Airbus ainsi que  Albi, en passant par le vignoble du Gaillac. Ils ont été particulièrement touchés d’avoir rencontré  Mario ŽVERKO, ébéniste/ restaurateur de meubles, un artisan croate authentique de Toulouse.

Toutes les rencontres ont été très chaleureuses et il y a de fortes chances qu’il y ait une suite, notamment par des échanges de jeunes et d’autres rencontres.
0

9 avril 2013 : Conférence de l’ambassadeur M. Ivo GOLDSTEIN à l’Université Capitole

Posté par:

 

Conférence de Monsieur l'Ambassadeur
Le 9 avril 2013, Ivo GOLDSTEIN est venu à Toulouse pour donner une conférence dans un amphithéâtre de l’Université Capitole de Toulouse sur l’entrée prochaine de la Croatie dans l’Union Européenne.  À cette occasion, l’association a obtenu la réservation d’une salle de l’université, afin que les croates de la région puissent échanger avec le nouvel Ambassadeur et avec François FARRÉ, Consul Honoraire.
La conférence de M. GOLDSTEIN s’est déroulée devant 200 étudiants qui ont suivi l’exposé sur l’entrée de la Croatie dans l’UE avec intérêt et lui ont posé de bonnes questions.
Dans le prolongement de son séjour à Toulouse, M. Goldstein été reçu par M. le Préfet, par le vice-Président de la CCIT (Chambre de Commerce et d’Industrie de Toulouse) et, à titre personnel, lui et son épouse ont été reçus à l’Espace Judaïque par la présidente du CRIF de Midi-Pyrénées, Mme Nicole YARDENI.
Le résumé de la conférence se trouve à la page « CROATIE / Histoire Géographie Politique ».
0

DÉBUT 2013 : NOMINATION DU CONSUL HONORAIRE DE CROATIE À TOULOUSE

Posté par:

Début 2013, Monsieur François FARRÉ est nommé Consul Honoraire de Croatie à Toulouse. Cette nomination prendra effet quelques mois plus tard.
François FARRÉ est un ancien Adjoint au Maire de Toulouse et Vice-Président de la région Midi-Pyrénées de 1986 à 1992. Toulousain de souche, il a débuté sa carrière comme professeur de mathématiques au lycée Berthelot dont il est aussi un ancien élève. Il a été également Président de l’Association « Chiens Guides d’Aveugles » à Toulouse.
Rappelons le rôle d’un Consul Honoraire : il s’agit d’une personne de confiance, désignée par l’Ambassade de Croatie après l’accord des Ministères des Affaires Étrangères croate et français. Il exerce ses fonctions à titre bénévole.
Par ses connaissances des structures institutionnelles locales, régionales et nationales, il a pour objectif la promotion des échanges économiques et culturels entre la Croatie et la Région Midi-Pyrénées.
Il n’est pas habilité à régler les problèmes administratifs.
Les services consulaires pour les ressortissants croates, ainsi que pour toute demande administrative sont assurés par la section consulaire de l’Ambassade de Croatie en France (pour visas, tires de séjour, passeport, etc.) :
7 Square Thiers
75116 Paris
Tél.: 01 53 70 02 91
Fax: 01 53 70 85 80
Courriel: conspari@mvep.hr
Horaires d’ouverture de la Section consulaire (excepté les jours de fériés en Croatie et en France) :
Réception du public du lundi au vendredi de 10 h à 13 h
Informations et permanences téléphoniques du lundi au vendredi de 15h à 16h30
0

14 JUIN 2005 : LE PRÉSIDENT CROATE MESIĆ REND HOMMAGE À NOS ACTIONS

Posté par:

Le 14 juin 2005, le Président de la République de Croatie, Stipe Mesić, remet une décoration à des représentants des associations croates de France à l’Ambassade de Croatie. Il s’agit pour lui de nous rendre hommage pour notre engagement et l’aide humanitaire pendant la guerre, mais également notre contribution à entretenir le souvenir de la Révolte des Croates à Villefranche-de-Rouergue.
Article de l’Ambassade de Croatie du 14/06/2005 :
Le Président Mesic a rendu hommage à l’engagement des Croates
Document remis par le Président Mesić :
L’ordre croate de l’étoile du matin à l’effigie de Katarina Zrinski
0

PRINTEMPS 1997 : FOROM DES LANGUES OU PRIMA DE LAS LENGAS

Posté par:

Au printemps 1997, l’association organisatrice nous contacte et nous propose de participer à cet événement culturel annuel.
Le Forom des Langues du Monde est né à Toulouse, en 1992, de la volonté du Carrefour Culturel Arnaud-Bernard.
(NDRL : forom est la version occitane de forum)
Il est, au monde, la première Fête des Langues à poser en pratique comme en théorie l’égalité culturelle de fait de toutes les langues du monde : plus de dialectes, plus de patois, plus de « petites » langues opposées à de « grandes », plus de non-sens linguistiques dictés par le politique. Ruinant ainsi les fondements idéologiques de tous les nationalismes, ethnocentrismes, ou racismes ; et contribuant par là même à construire cette philosophie radicale de la pluralité culturelle qui est, comme l’écrit Félix Castan, « le seul message pouvant être accepté et repris par toutes les cultures du monde ». (Claude Sicre)
Le stand croate au Forom des LanguesDepuis 1997, nous avons toujours participé à cette manifestation. Au printemps 2016, nous aurons encore notre stand de la langue croate sur la Place du Capitole. Ce sera notre 20ème participation, sous la coordination d’Ivan DUIĆ.
Nous y présentons des panneaux expliquant la langue croate, le pays, les hommes et les femmes qui ont fait ce pays. Des livres sont exposés. Une lectrice donne un cours de croate. Et bien sûr, nous répondons aux nombreux visiteurs qui souhaitent aussi demander des informations purement touristiques.
0

1995 : ET LA PAIX ARRIVE ENFIN…

Posté par:

Depuis la fin de la guerre en ex-Yougoslavie (1995), les croates de Toulouse sont restés unis. La plupart des familles sont restées dans la région. Les enfants ont grandi, ils ont eu aussi des enfants. Certains ont quitté la région pour habiter ailleurs en France ou même en Croatie. D’autres sont arrivés. C’est là l’avantage d’une ville comme Toulouse qui attire les jeunes, notamment grâce à l’industrie aéronautique et à l’université. Au noyau de départ, ce sont donc ajoutées les familles CETINJANIN / CINDRIĆ / MARIJANOVIĆ-GILLON sans oublier les lectrices pour la langue croate en poste à l’Université Toulouse II – Jean Jaurès qui ont beaucoup participé aux activités de l’association : Sanija KONJIKOVIĆ, Renata HRANJEC, Lana LOVRIĆ, Karmen ČOTA, ainsi que Petra KNOCK qui n’a pas été lectrice, mais a exercé le métier de formatrice en différentes langues.
Le groupe se réunit en principe 2 fois par an, en général en janvier et au début de l’été, pour une rencontre amicale autour d’un repas. Et l’association développe d’autres activités, plus axées vers la culture et l’économie.
0

AUTOMNE 1992 : ACCUEIL D’UN JEUNE RÉFUGIÉ BOSNIAQUE

Posté par:

C’est en avril 1992 que la guerre s’étendra à la Bosnie-Herzégovine où la population est composée de serbes, de bosniaques (appelés aussi bosniens musulmans ou Musulmans) et de croates.
Grâce à l’UNICEF et à Médecins du Monde, des enfants blessés, notamment de Sarajevo, sont envoyés à l’extérieur pour y être soignés.
À l’automne 1992, l’association des croates de Toulouse va donc accueillir un jeune bosniaque, Alen, venu se faire opérer à l’ex-Clinique Dillon, après avoir reçu un éclat d’obus dans une jambe. Il est accompagné de sa mère.
Pendant quelques mois, ils vivront chez la famille CEROVEČKI, avant de repartir vers Albertville où tous les réfugiés bosniaques seront regroupés jusqu’à la fin de la guerre.
Article 6/11/1992 Des enfants, des camions, un combat
Article du 10/12/1992 L’au-revoir d’Alen
0

FIN MARS 1992 : UNE EXPOSITION DE PHOTOS DE GUERRE

Posté par:

Fin mars 1992, pour appuyer son action d’information, l’association organise une exposition de photos à l’Espace Bonnefoy de Toulouse. Cette exposition a été possible grâce à l’intervention d’un de nos membres, professeur d’art dramatique dans ce centre culturel, Vinko VISKIĆ. L’exposition a montré des images de destruction de villes, de monuments, des cartes, des statistiques pour que la population toulousaine comprenne mieux la situation de la Croatie.
Article de La Dépêche du 28/03/1992
0

10 JANVIER 1992 : VERS LA RECONNAISSANCE INTERNATIONALE DE LA RÉPUBLIQUE DE CROATIE

Posté par:

 

Rencontre avec Dominique BAUDISLe 10 janvier 1992, le maire de Toulouse, Député de la Haute-Garonne Dominique BAUDIS, nous reçoit dans son bureau du Capitole. Il fait partie du CDS (Centre des Démocrates Sociaux) qui sera ensuite inclus dans l’UDF (Union pour la Démocratie Française).
Nous lui remettons la lettre que nous avons ramenée de Zagreb, rédigée par le Président de la République de Croatie, Franjo TUDJMAN, lettre obtenue grâce à l’intervention personnelle de Mladen BORŠIĆ. Dans ce courrier, le Président TUDJMAN remercie Dominique BAUDIS pour le soutien que celui-ci a apporté à notre association. À ce moment-là, l’Europe n’a pas encore reconnu officiellement l’indépendance de la Croatie. La France n’y est pas favorable car François MITTERRAND ne se cache pas d’être pro serbe. Peu de personnalités politiques françaises osent soutenir la reconnaissance de la Croatie.
Lors de notre entretien avec Dominique BAUDIS, celui-ci nous dit qu’il est prêt à se rendre très rapidement en Croatie pour montrer son soutien aux croates. Nous lui faisons remarquer qu’il y a des bombardements qui rendent le voyage dangereux. Il nous répond qu’il n’a pas peur, que son expérience de reporter de guerre au Liban l’a habitué à ce type de situation. Il l’écrit dans une lettre à Franjo TUDJMAN. Nous saluons bien sûr son initiative et son courage. Malheureusement, nous n’aurons pas la joie d’accompagner Dominique BAUDIS à Zagreb, puisque, le 15 janvier 1991, tous les pays européens (dont la France), sous l’impulsion de l’Allemagne, reconnaitront enfin l’indépendance de la République de Croatie.
Lettre du Président TUDJMAN à Dominique BAUDIS
Réponse de Dominique BAUDIS au Président Franjo TUDJMAN
Lettre de Dominique BAUDIS à notre association

 

0

AUTOMNE 1991 À 1995 : DES INTERVENTIONS AUPRÈS DES MÉDIAS

Posté par:

De cet automne 1991 jusqu’à 1995 (fin de la guerre), nous avons envoyé de nombreux courriers aux médias dont nous critiquions l’analyse de la situation. Souvent nos communiqués ont été publiés (presse locale, Figaro, etc.). Elisabeth ŠTETIĆ et Agnès CEROVEČKI ont été reçus à FRANCE 3 SUD, suite à notre protestation après la diffusion de reportages tendancieux dans le magazine « Alice ». Enfin, suite à une chronique de Bernard GHETTA (France Inter), Agnès CEROVEČKI lui a envoyé un fax pour contester son analyse. Il l’a appelée quelques jours plus tard et il a pris le temps de débattre, argumentant ses thèses, mais aussi admettant que nous avions raison sur certains points.
Nous sommes fiers de ces actions. Certes, elles n’ont pas permis de mettre fin à la guerre, mais elles ont participé à la clarification de l’histoire, des évènements du moment, a changé ce que nous appelions de la désinformation ou de la propagande.
Nous avons décidé de ne pas publier ces articles sur le site. La guerre est finie maintenant, nous ne voulons pas réveiller des rancœurs (ou des rancunes…) qui n’ont plus de sens. Les personnes qui ont été blessées ne peuvent pas oublier bien sûr, mais il faut aller de l’avant et préparer un avenir serein pour les nouvelles générations. Notre site n’a pas vocation politique.
À l’occasion des élections législatives de 1993, nous avons écrit à tous les candidats de la région pour leur demander de préciser leur position sur la situation et sur l’engagement de la France. Nous avons fait de même pour l’élection présidentielle de 1995. Dans les deux cas, nous avons reçu de nombreuses réponses de la plupart des candidats.
Bien évidemment, nous conservons tous ces articles et courriers dans nos archives. Ils peuvent être consultés sur demande.

0

AUTOMNE 1991 À FIN 1992 : L’ORGANISATION DE L’AIDE HUMANITAIRE

Posté par:

Départ d'un camion humanitaire 2Dès cet automne 1991et jusqu’à la fin 1992, le groupe de Toulouse va collecter des denrées alimentaires, des vêtements, du matériel médical, des médicaments, des jouets et organiser l’acheminement de ces produits grâce à des camions croates qui, faute d’activité économique en cette période de guerre, sillonnent l’Europe pour venir en aide à leurs compatriotes démunis. Les collectes seront faites auprès des habitants bien sûr, mais nous serons également aidés par des entreprises de la région (LATÉCOÈRE, NUTRITION ET SANTÉ, etc.) et également pas la municipalité de Toulouse.
Pendant toute la durée du conflit, nous ferons en sorte que l’aide humanitaire envoyée soit distribuée dans différentes villes de Croatie par un organisme officiel (par exemple CARITAS).
Départ d'un camion humanitaire 1Pour organiser ces différentes actions, il faut de l’argent pour les frais divers (photocopies, frais d’envoi de courrier, transport de colis, etc.). Notre groupe a fait preuve d’imagination pour collecter de l’argent ici et là. Par exemple, certains d’entre nous ont fait un mailing auprès de leurs amis et parents pour leur demander de contribuer à ces coûts. Un membre de notre groupe, musicien professionnel, Vladimir FRITZ, a mobilisé ses amis, accordéonistes de renom de la région, pour un « gala d’accordéons » qui a eu lieu dans un hall du Parc des Expositions de Toulouse au profit de l’association. Les musiciens ont joué gratuitement. L’organisation de cette manifestation a représenté un travail important pour le groupe tout entier, mais nous avons été récompensés par le public venu nombreux et qui a apprécié la qualité de la prestation.
Quelques articles de journaux et photos relatant ces actions
Article du 20/02/92 L’aide à 6000 réfugiés
Article du 16/05/92 Ces dessins venus de Croatie
Article du 6/02/92 La tournée des établissements scolaires
Article du26/12/91 Un peu de douceur pour les enfants de Zagrebun-peu-de-douceur-pour-les-enfants-de-zgb
Article du 9/04/62 Voyage et échanges

0

SEPTEMBRE 1991 : LA MOBILISATION DES CROATES DE TOULOUSE POUR INFORMER

Posté par:

À partir de septembre 1991, à l’initiative des familles DUIĆ et CEROVEČKI, le groupe investit la Place du Capitole chaque samedi après-midi. Une table sur deux tréteaux, des panneaux bricolés à la hâte, des tracts imprimés chaque semaine pour actualiser les informations, voilà notre petite communauté qui va expliquer, expliquer, expliquer inlassablement aux passants ce qui se passe en Croatie, qui sont les agresseurs, comment vivent les réfugiés, quelles sont les solutions pour mettre fin à ce conflit.
Précisons que les personnes rencontrées sont très intéressées, nous écoutent attentivement et soutiennent notre action.

0

ÉTÉ 1991 : LE DÉBUT DE L’AGRESSION CONTRE LA CROATIE

Posté par:

Au cours de l’été 1991, la Croatie est agressée par l’armée yougoslave et le siège de la ville de Vukovar commence au cours du mois d’août. La ville tombera aux mains des agresseurs le 18 novembre 1991. On parle de 1.800 à 5.000 personnes décédées dans cette ville-martyre et 22.000 civils expulsés.
On assiste à quelques manifestations en Europe pour expliquer ce qui se passe en Croatie. Exemple sur la photo qui illustre cet article : des jeunes manifestent pacifiquement à Paris.
À Toulouse, il y a très peu de croates, une quinzaine de familles.  Avant les évènements qui touchent leur pays d’origine, ils ne se fréquentaient pas beaucoup. Certains ne se connaissaient même pas.
Mais ils reçoivent tous des informations alarmantes de leurs familles et ils n’apprécient pas la couverture médiatique en France de la tragédie qui se joue là-bas.
Un petit noyau de cette communauté décide donc d’agir :
– informer la population française
– aider les victimes de la guerre
Chacun contacte le (ou la) croate qu’il connait dans la région de Toulouse et qui, à son tour, fera la même chose. Un groupe d’une vingtaine de personnes d’origine croate ou amis de croates voit donc le jour et se met tout de suite au travail. Ce sont les familles franco-croates vivant dans les régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon à cette époque-là : Familles BORIĆ / CEROVEČKI / DUIĆ / FRITZ / IVIĆ / KRIŠTO / PFENDT  / PINEK / POTOČNIK / RISTIĆ / ŠVERKO / ŠTETIĆ / TRAVNIKAR /TRUMBIĆ / VINOVRŠKI / VISKIĆ / VUKOVIĆ / ZIDAR.
L’association ne sera créée administrativement dans la région de Toulouse qu’en janvier 1993. Mais dans l’urgence, le groupe de Toulouse se rapproche d’une association parisienne SOLIDARITÉ FRANCE-CROATIE et du CRICCF (Conseil Représentatif  des Institutions et de la Communauté Croates de France).

0
Page 2 du 2 12